×

"Notre tâche (ou bien tout le reste sera pure statistique et affaire d’ordinateur) est de travailler à la différence." Heiner Müller

Saison: 2009 / 2010

Noises

D’Enzo Cormann

Un projet de Colette Régibeau par l’Atelier Théâtral Saint-Remacle

Représentations du 22 septembre au 3 octobre


Représentations à 20h30
Excepté les mercredis à 19h30
Relâche dimanche et lundi

Durée du spectacle : 1h20

Mise en scène : Colette Régibeau, Assistanat à la mise en scène : Barbara Borguet, Avec : Anne Beaupain, Patrick Brüll, Muriel Clairembourg, Jean-Marc Delhausse, Serge Demoulin, Nicolas Haesbroeck, Caroline Lambert, Rachel Luxen, Catherine Wilkin, Scénographie, maquillage : Sophie Carlier, Écriture musicale : Pierre Mélotte et Antoni Sykopoulos, Mise en lumière : Alexandre Delvenne, Costumes : Dominique Thonnard, Accessoiriste : Elisabeth Bosquet, Relations publiques : Béatrice Englebert, Peinture visuel : Willy Antoine, Photographe de plateau : Géraldo Haag

« 1h du matin. Un buffet de noces déserté, à proximité d’une salle où l’on danse. »

Neuf magnifiques acteurs nous livrent une série d’instantanés sur le couple et le désir : neuf personnages qui, entre deux verres, entres deux portes, entre la salle et le buffet, se heurtent et entrechoquent leur « mal à être ».

"Noises" : petites querelles, bruits...

Jeux désespérés des apparences qui s’effritent, nausée et vertige devant la vie qui s’enfuit, quête inquiète du désir qui s’échappe. Comment tenir encore debout quand on est coupé de soi ? Comment « tenir son rôle » devant la débandade de l’imaginaire ?

Et même si le spectateur est malmené, même s’il est dérouté, il rit des gags absurdes, il sourit aux maladresses, il s’esclaffe de se voir là – mais oui – là sur la scène…

Le diktat du désir

L’idéologie capitaliste a opéré sa révolution tranquille et le Capital est devenu le « maquereau universel ». Adieu la religion, opium du peuple, adieu la production comme sphère de l’aliénation ! Aujourd’hui, l’accumulation des marchandises, la prolifération des signes, l’invasion des images a substitué au réel un univers de la représentation omniprésente.
La machine capitaliste et publicitaire prescrit au sujet ce qu’il doit désirer et – contrôlant son désir – fonde sa passivité et son aliénation. Et le consommateur ne désire même pas ce qu’il consomme : il est gouverné par le désir du désir.
Diktat du désir. Impératif de jouissance tous azimuts. Emprise du regard. Obligation d’être désirable. Et nous voilà dans une quête obsédante d’amélioration sans fin de notre image. Le corps normé – nouveau capital – doit être jeune, sain, ferme, hâlé, équilibré, fonctionnel, performant. La jouissance doit être immédiate et compétitive. Le gros, la moche, le laid doivent disparaître aux regards ; être vieux devient la nouvelle obscénité.

Quand le corps se délite

Dans l’univers de Noises, des êtres s’entrechoquent parce qu’ils ne « se savent » plus. Pourquoi être deux ? Le désir est toujours ailleurs. Un objet en éclipse un autre. « Quand tu me regardes, je suis laide », dit Maud : le partenaire ne voit plus le visage, mais un écran vide sur lequel il projette un défilé incessant d’images. « Je suis laide » parce que je n’existe pas, je n’existe pas parce que « je suis laide »…
Quarante ans. LE tournant de la vie. On a tout vu, tout vécu. On a tout épuisé. C’est le moment des remises en question ou de la cécité protectrice. Mais on se heurte au désir qui se délite. Au corps qui se dérobe.
Si le corps – repère identitaire central – fout le camp alors tout fout le camp ! Et c’est la fuite en avant. L’épuisement du désir dans des objets interchangeables sans cesse renouvelés. Pour ne pas faire face : « Est-ce que la mort a un sexe ? » interroge Nelly.
Noises ou le bruit de fond permanent d’une société où l’image est à la fois copie et modèle. Noises ou le grésillement parasite imperturbable d’une société qui s’étourdit pour ne pas devoir affronter le vertige du vide, le trou noir de la marchandisation des corps et des esprits.

Extraits du texte

« MAUD : C’est de tout voir s’effilocher qui fait que l’on parle, que l’on boit, qu’on trompe l’autre aussi. »

« NELLY : Je vois d’ici l’idée que vous vous faites de l’amour. De la solitude en conserve. »

« HUGO : Le monde is very formidable, isn’t it ? Les gens sont very formidables. (...)
BERNARD : Va te faire foutre. (...)
HUGO : Qu’est-ce qui ne va pas, vieux ?
BERNARD : Je ne sais pas lui parler. Et je ne sais pas non plus me taire. Nous ne sommes plus tous deux qu’un travail inutile. »

LES "À CÔTÉS" - Infos et inscriptions : 02 242 96 89 ou contact oceannord.org

-  Journée-Rencontre le samedi 3 octobre.

« Couple, désir et lien social » : Sociodrame et jeux de rôles

de 16h à 18h30 (représentation à 20h30)

En marge de Noises, Colette Régibeau propose un après-midi de « sociodrame » et jeux de rôles sur le thème « Couple, désir et lien social ». Le sociodrame est une mise en jeu de situations sociales par un groupe. Les animateurs, psychodramatistes, metteur en scène et comédiens proposeront des ébauches de scénarios inspirés du spectacle Noises.
La forme du sociodrame implique un échange interactif avec le public qui jouera et interviendra de manière ludique dans le jeu. Chacun participera à la construction et à la distribution des rôles et des intrigues autour du couple au quotidien.

Programmation en cours, animateurs préssentis : Bernard Robinson (psychodramatiste), Colette Régibeau (metteure en scène) et les comédiens du spectacle.

-  Exposition « Lärm » du 22 septembre au 3 octobre pendant les heures de représentation.


Peintures de Anne-Jeanne Légipont

Avec « Lärm » (bruit en Allemand), Anne-Jeanne Légipont explore par le dessin et les couleurs les thématiques du spectacle Noises : le couple, le désir, le corps, entre figuration et abstraction. "Détresse ou tendresse, le regard ondule, dans des postures fascinées, des murmures de lumière. Les toiles traduisent dans une émouvante féminité tout un univers d’ombres – d’âmes – au sillage jamais éteint." (A.-J. Légipont)

- Atelier en marge de "Noises" le mercredi 23 septembre de 14 à 16h

 !!!! ATTENTION, ATELIER SUPPLÉMENTAIRE PROGRAMMÉ LE MERCREDI 30 SEPTEMBRE DE 14H À 16H !!!!! VENEZ NOMBREUX !

« Entre-vu(e) »

Pour aborder son spectacle avec des groupes d’adolescent et/ou d’adultes, Colette Régibeau mènera un atelier d’initiation théâtrale autour du thème de la rencontre, si présent dans "Noises".

- Animations dans vos écoles et institutions sur demande

Les images
La presse

Une production de l’Atelier Théatral Saint-Remacle.
Un accueil en Résidence du Théâtre Océan Nord. Avec la collaboration du Centre culturel de Stavelot et de l’AMAPAC, en partenariat avec les communes du Sud de l’Arrondissement.

Nouvelles

Depuis le mois de mai dernier, le Théâtre Océan Nord est partenaire du label United Stages, une initiative de plusieurs acteurs du monde culturel belge (francophone et néerlandophone) qui s’engagent à mener des actions de solidarité au profit des demandeurs d’asile, des réfugiés et des sans-papiers. Par des récoltes de fonds, des opérations de sensibilisation de nos publics et des initiatives citoyennes, nous souhaitons utiliser toutes les forces vives des arts vivants pour porter un changement positif. C’est dans ce cadre que nous organisons, à l’occasion des représentations du spectacle Nos gestes quotidiens ne sont que déclarations d’amour enflamées, une RECOLTE DE FONDS au profit de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Nous proposons donc à nos spectateurs qui le souhaitent de payer leur entrée au spectacle à concurrence de 5, 10 ou 15 euros. Une urne à la billetterie vous permettra de déposer votre don. Merci pour votre générosité envers les plus démunis.

SAINT-NICOLAS viendra rencontrer les enfants du quartier le vendredi 8 décembre prochain. Pour connaître le programme complet de cette activité, cliquez-ici.

Les habitants du quartier se mobilisent pour notre théâtre !! Ils ont lancé une PÉTITION adressée au cabinet de la ministre Alda Greoli pour l’inviter à soutenir notre institution et ainsi préserver son rôle de cohésion sociale dans le quartier ! Vous voulez, vous aussi, signer cette pétition, cliquez-ici !.

Bravo à tous les gagnats des PRIX DE LA CRITIQUE 2017 et en particulier à Jasmina Douieb qui a remporté le prix de Meilleure mise en scène avec Taking Care of Baby.

  • Théâtre Océan Nord
  • Rue Vandeweyer 63
  • Schaerbeek
  • Bruxelles, 1030
  • Reservation: 02/2167555
  • Administration: 02/2429689
  • Tarif plein: 12 euros
  • Tarif réduit (chômeur, sénior): 7,5
  • Tarif hyper réduit : 5 euros
  • Participation à Article 27 et Arscène 50
PNG - 4.5 ko

Le Théâtre Océan Nord est subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles- Service du Théâtre. Il reçoit en outre l’aide de la COCOF - Service de la Culture

Newsletter

×