×

"Notre tâche (ou bien tout le reste sera pure statistique et affaire d’ordinateur) est de travailler à la différence." Heiner Müller

Saison: 2011/2012

Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas

Imre Kertész / Isabelle Pousseur

14 > 25/02


Reprise exceptionnelle dans le cadre des 30 ans du Théâtre Océan Nord

Représentations à 20h30 sauf les mercredis à 19h30

Relâche dimanche et lundi

Genèse du projet par Isabelle Pousseur

J’ai découvert, en une seule après-midi, Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas.
Grâce à cette lecture fiévreuse et ininterrompue, j’ai rencontré l’immense écrivain qu’est Imre Kertész*. C’était en juillet 1999 et j’ai su, immédiatement, dès la dernière page refermée sur ce récit hallucinant, qu’un jour ce texte deviendrait du théâtre.
Dans le courant de l’année 2001, j’ai décidé de faire un seul spectacle avec Matériau Médee de Heiner Müller et ce Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas de Imre Kertész (joué à la Comédie de Genève, au Théâtre de la Place et au Théâtre Marni). Autour de deux thématiques : la mort de l’enfant et la séparation entre un homme et une femme.

Reprendre Kaddish individuellement au Théâtre Océan Nord c’est essayer de lui rendre les conditions qui, un jour, l’ont vu naître, comme « nécessité » ainsi que la forme première dans laquelle je l’ai rêvé : « un théâtre de chambre ».

Parmi tout ce que j’avais, jusque là, lu ou vu ou entendu sur le génocide des juifs dans l’Allemagne nazie, Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas était la première chose - et cela avec une évidence bouleversante - qui venait absolument jusqu’à moi. Pour la première fois, on me parlait aussi de moi.

Kertész qui dit : « J’ai survécu parce que j’ai compris » : c’est qu’à travers la toute puissance de l’écrivain perce toujours le philosophe, celui qui fait de son expérience personnelle une tentative de compréhension de l’homme, dans ses ressorts les plus complexes.

Car cette terrible parole, qui est le coeur du texte "Auschwitz, dis-je à ma femme, représente pour moi l’image du père, oui , le père et Auschwitz éveillent en moi les mêmes échos, dis-je à ma femme" est bien sûr une parole privée qui nous renvoie à nous-mêmes dans nos rapports multiples au pouvoir et à la peur. A nous-mêmes, à nos échecs et à notre impossibilité d’amour, quand l’amour ne suffit pas. Nous-mêmes oui et notre responsabilité, notre Liberté, de choisir la vie plutôt que la violence, la vie plutôt que la mort pour que la vie continue.

*Imre Kertész, écrivain hongrois né à Budapest en 1929. Distingué par le Nobel de Littérature en 2002 pour une oeuvre forte et singulière qui se confronte aux deux grands totalitarismes du vingtième siècle. Il est également le traducteur hongrois de Kafka et de Thomas Bernhardt.

Kaddish : une parole qui réaffirme le théâtre comme art de la survie

C’est pour l’enfant auquel il n’a jamais voulu donner vie qu’Imre Kertész prononce ici le kaddish – la prière des morts de la religion juive.
D’une densité et d’une véhémence qui font songer à Thomas Bernhard, ce monologue intérieur est aussi le récit d’une existence confisquée par le souvenir de la tragédie concentrationnaire. Par l’adaptation théâtrale de ce texte, Isabelle Pousseur veut faire entendre une parole inouïe qui engage notre présent, qui éclaire la grande nuit du théâtre et les tréfonds de l’être, une parole qui réaffirme le théâtre comme art de la survie, de la vérité et du mensonge, de la cérémonie, une cérémonie capable de profaner le sacré et d’entraîner le spectateur dans un moment unique, magique, où la vie et la mort se mêlent, où la vie renaîtra peut-être de la mort.

L’équipe

Mise en scène Isabelle Pousseur Avec Paul Camus Assistante à la mise en scène Guillemette Laurent Scénographie, Eclairages Michel Boermans Costume Laurence Villerot Equipe technique Nicolas Sanchez et Aurore Bolssens Sculpture de l’arbre Terence Prout

Une production du Théâtre Océan Nord.
Un spectacle créé en 2003 en co-production
avec la Comédie de Genève et le Théâtre de La Place.


Les à-côtés

*** ANIMATIONS en partenariat avec la Croix-Rouge de Belgique - communauté francophone

A l’occasion de la reprise de Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas, le Théâtre Océan Nord et la Croix-Rouge de Belgique s’associent pour développer des animations dans les écoles et les associations.

Dans un premier temps, nous présentons l’auteur et le texte à partir d’extraits du Kaddish. Ensuite nous étudions une partie plus en profondeur à l’angle de la thématique de l’élan humanitaire.

Quelle est la nature de cet élan ?
Et par ailleurs, dans l’histoire de l’humanité, peut-on trouver d’autres manifestations de cet élan des Justes que celle évoquée par Kertész ?

Nous partons alors d’exemples concrets d’actes humanitaires, liés ou non à la protection des familles juives lors de la seconde guerre mondiale, pour réfléchir sur l’élan humanitaire, son éthique et sa légitimité.

*** DEBAT APRES SPECTACLE Le mercredi 15 février

Francine Dal, chef du service d’intervention psychosociale urgente de la Croix Rouge de Belgique, présentera dans un premier temps le rôle de la Croix-Rouge dans l’accompagnement psychologique de victimes de la guerre puis animera le débat en fonction des questions posées par le public et leurs impressions laissées par le spectcale.

*** MATINEE THEATRALE

Pour permettre à un maximum de groupes de profiter de ce spectacle et du travail proposé en amont, une matinée a lieu le jeudi 16 février à 13h30. Une rencontre avec l’équipe artistique sera organisée sur demande.

Cette matinée s’adresse aussi au tout public.

Informations /Réservations : Anne Vandendorpe

Relations avec le public scolaire et associatif

contact oceannord.org

02 242 96 89

Les images
La presse

Nouvelles

Depuis le mois de mai dernier, le Théâtre Océan Nord est partenaire du label United Stages, une initiative de plusieurs acteurs du monde culturel belge (francophone et néerlandophone) qui s’engagent à mener des actions de solidarité au profit des demandeurs d’asile, des réfugiés et des sans-papiers. Par des récoltes de fonds, des opérations de sensibilisation de nos publics et des initiatives citoyennes, nous souhaitons utiliser toutes les forces vives des arts vivants pour porter un changement positif. C’est dans ce cadre que nous organisons, à l’occasion des représentations du spectacle Nos gestes quotidiens ne sont que déclarations d’amour enflamées, une RECOLTE DE FONDS au profit de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Nous proposons donc à nos spectateurs qui le souhaitent de payer leur entrée au spectacle à concurrence de 5, 10 ou 15 euros. Une urne à la billetterie vous permettra de déposer votre don. Merci pour votre générosité envers les plus démunis.

SAINT-NICOLAS viendra rencontrer les enfants du quartier le vendredi 8 décembre prochain. Pour connaître le programme complet de cette activité, cliquez-ici.

Les habitants du quartier se mobilisent pour notre théâtre !! Ils ont lancé une PÉTITION adressée au cabinet de la ministre Alda Greoli pour l’inviter à soutenir notre institution et ainsi préserver son rôle de cohésion sociale dans le quartier ! Vous voulez, vous aussi, signer cette pétition, cliquez-ici !.

Bravo à tous les gagnats des PRIX DE LA CRITIQUE 2017 et en particulier à Jasmina Douieb qui a remporté le prix de Meilleure mise en scène avec Taking Care of Baby.

  • Théâtre Océan Nord
  • Rue Vandeweyer 63
  • Schaerbeek
  • Bruxelles, 1030
  • Reservation: 02/2167555
  • Administration: 02/2429689
  • Tarif plein: 12 euros
  • Tarif réduit (chômeur, sénior): 7,5
  • Tarif hyper réduit : 5 euros
  • Participation à Article 27 et Arscène 50
PNG - 4.5 ko

Le Théâtre Océan Nord est subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles- Service du Théâtre. Il reçoit en outre l’aide de la COCOF - Service de la Culture

Newsletter

×