×

"Notre tâche (ou bien tout le reste sera pure statistique et affaire d’ordinateur) est de travailler à la différence." Heiner Müller

Saison: 2015 / 2016

Homme sans but

Arne Lygre/Terje Sinding

Mise en scène : Coline Struyf

Prix de la Critique 2014
Meilleure mise en Scène

Un spectacle du Collectif Mariedl

23 février > 5 mars


Représentations à 20h30 sauf mercredis à 19h30.
Matinée théâtrale le mardi 1er mars à 13h30 (pas de représentation en soirée à cette date).
Relâche le dimanche et le lundi.




Interview de Coline Struyf par Palma Dimeo pour RADIOPANIK et son émission “SCREENSHOT”
Interview de Coline Struyf par Marguerite Topiol pour RADIO ALMA et son émission “ON VOUS RAPPELLERA”

Revendiquer le mensonge de l’imagination comme réponse au mensonge de la réalité.
Jan Lauwers

Nous nous sommes plus à imaginer cette histoire portée sur le grand écran, avec exactement le même casting, la même simplicité de lieu, les mêmes tonalités visuelles...Voici une manière de souligner positivement cette atmosphère très particulière à l’"Homme sans but" de Coline Struyf. Proprement fascinant et inquiétant ! Un travail de broderie mené par des acteurs où justesse et brio ne sont pas de vains mots.
Mélanie Noiret, L’Echo

L’argent peut-il tout acheter ? Nos sentiments, nos actes ou nos corps sont-ils à vendre ? (…) Homme sans but est une pièce puissante et entêtante (…) Coline Struyf revient à cette partition virtuose pour six acteurs, qu’elle avait créée en 2014. Le spectacle, sacré « Meilleure mise en scène » aux Prix de la Critique, est de ceux qui font du théâtre le lieu d’un « jeu » impitoyable, qui amplifie la vie tout en lui ressemblant effrontément.
Laurent Ancion, Journal 71 du Théâtre Océan Nord

Il suffit parfois d’un rien pour vous catapulter à mille lieux. Chez l’« Homme sans but » d’Arne Lygre, un ponton et un nuage de fumigène vous transportent dans la brume d’un fjord isolé, lové dans une nature scandinave. Magnifique entrée en matière que cette
scénographie, froide et pragmatique, comme les personnages de l’histoire. (...) Sobre et léchée, la mise en scène a de la classe, et donne à voir, simplement, l’empire des hommes réduit au saccage, quand même les êtres humains sont devenus des produits monnayables.

Catherine Makereel, Le Soir

La mise en scène de Coline Struyf rend magnifiquement hommage au texte d’Arne Lygre, dont la force tient dans l’économie des mots et leur impact direct, loin de tout lyrisme. A son image, Coline Struyf va à l’essentiel : ce style sec et cette histoire qui tient de la fable et de la métaphore, elle les enveloppe d’une froideur bleuté et d’une sophistication parfaitement maîtrisée, d’une épure subtile qui équilibre à merveille les zones d’ombre et les touches de clarté.
Emilie Garcia Gullen, Suricate Magasine

Dans une scénographie somptueuse de simplicité (Sophie Carlier), habillée d’un jeu d’éclairage subtil (Amélie Géhin), Coline Struyf nous propose une mise en scène sobre, mais très juste. Ensemble, les mots de Lygre et le jeu scénique créent une ambiance étrange, délicieusement ambivalente, mêlant habilement illusions et réalité, mensonges et vérité.(...) À la recherche de l’être par delà les apparences, à la découverte des sentiments cachés, en explorant l’âme humaine, ses errances, ses lacunes et ses impérieux besoins, l’Homme sans but a la beauté fragile et sublime d’un voyage intérieur, d’une plongée dans l’existence et du vide immense qu’elle peut recéler.
Muriel Hublet, Plaisir d’offrir

Découvrez l’ensemble des critiques parues en 2014 à l’onglet presse ci-dessous !

L' équipe
L' équipe
Arne Lygre
Coline Struyf
Les à-côtés
Les images
La presse

Mise en scène Coline Struyf
Avec Selma Alaoui, Nicolas Buysse, Fabien Dehasseler, Philippe Grand’Henry, Amandine Laval, Aline Mahaux

Scénographie Sophie Carlier, Eclairage Amélie Géhin, Création Sonore David Defour, Costumes Claire Farah, Assistanat Amel Benaïssa Conseil Artistique Emilie Maquest avec la collaboration dAlice d’Hauwe, Production Myriam Chekhemani
Traduction : Terje Sinding

Un spectacle du Collectif Mariedl

Spectacle créé au Théâtre Océan Nord entre le 27 mai et le 7 juin 2014
Une création de Mariedl asbl en coproduction avec le Théâtre Océan Nord. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (service du théâtre), de la COCOF et du CAS. L’Arche est l’agent théâtral du texte représenté.

Crédit photo : Michel Boermans

Arne Lygre est né à Bergen (Norvège) en 1968. Dramaturge, il a publié sa première pièce en 1998 : Mamma og meg og menn (Maman et moi et les hommes). Mann uten hensikt (Homme sans but), traduit en français, allemand et anglais, a été créé en 2005 au Théâtre National d’Oslo / Torshovteatret dans une mise en scène d’Alexander Mørk-Eidem (le texte français, dû à Terje Sinding, est paru chez L’Arche Editeur).
Arne Lygre est également l’auteur de nouvelles et de romans. Son recueil de nouvelles Tid inne (Il est temps), publié en 2004, a été distingué par le Prix Bradge. En 2009, il reçoit ce même Prix pour l’ensemble de son œuvre. Ces pièces sont traduites et jouées dans plusieurs pays du monde. Ses textes ont été révélés en France par Claude Régy.

L’écriture d’Arne Lygre ne cherche pas à débattre, elle expose. Elle ne se révèle pas dans la grandeur de la langue mais dans la construction très pointue de la structure globale de ses récits. Dans ces structures narratives finement brodées, il reste beaucoup d’amplitude pour jouer.

Site de l’auteur

Diplômée de l’INSAS, à l’âge de 23 ans, en 2007. Elle fera cette année-là sa première mise en scène Richard III de Carmelo Bene pour un collectif d’acteurs au Festival Emulation. En 2009, elle réalise son premier projet personnel, adapte et met en scène Un fils de notre temps du roman d’Odon von Horvath au Théâtre Océan Nord.
Metteure en scène associée au Théâtre National de Bruxelles de 2010 à 2013, elle y a notamment créé un spectacle chorégraphique Balistique Terminale en 2011. Elle est également artiste résidente à L’L – centre de recherche et d’accompagnement de la jeune création – depuis 2009.
Outre Homme sans but, elle écrit un projet chorégraphique et théâtrale : Anna et Pierre et crée en 2015, au Théâtre National à Bruxelles et au Théâtre de Namur, Lettre à D., histoire d’un amour qui sera, au vu du succès rencontré, rejoué les 18 et 19 mai au Théâtre National.

En parallèle, elle continue à s’investir dans le Collectif MARIEDL avec Émilie Maquest et Selma Alaoui, avec lequel, celles-ci participent, en tant qu’artistes partenaires, au projet artistique La Halte , à Liège.

A propos d’Homme sans but

Une tragédie contemporaine qui commence sur les côtes d’un fjord…

L’intrigue pourrait se résumer en quelques mots mais nous en trahirions toute la beauté, la subtilité et… le secret. Que reste-t-il à vous raconter alors ? Un mensonge ?
Commençons par le début : Il était une fois un homme très très très riche qui se prénommait Peter. Un jour, il décida de bâtir une ville…

La famille et l’argent sont convoqués dans ce décor scandinave où chacun s’efforce de jouer son rôle avec conviction. Un étrange conte où le vrai et le faux s’entremêlent si longuement que l’on en perd l’équilibre. Ici, la réalité et les identités vacillent jusqu’au vertige. Et pourtant… dans cette histoire tout est réel.

Théâtre du vacillement de l’identité

Lygre propose dans Homme sans but le procédé de la démultiplication des rôles qui recentre le théâtre autour de l’acteur et du jeu. La question du statut du comédien sur la scène est posée de façon forte. Les personnages s’autorisent à parler d’eux-mêmes à la troisième personne. Nous ne savons plus à ce moment-là, si l’acteur parle du personnage ou si le personnage fait une introspection. Une proposition qui démultiplie la position du comédien et qui vient interroger notre faculté à jouer des rôles dans nos propres vies.
C’est là un des endroits où j’ai envie de rencontrer le spectateur. Ce que nous faisons sur la scène n’est pas un processus qui échappe à la réalité et au quotidien.
Homme sans but pose la question de la construction de notre identité, de notre place dans la société. Nous sommes des êtres multiples et selon les circonstances nous pouvons endosser une partie de nous-mêmes plus qu’une autre. Nous pouvons reconnaître par-là un processus qui s’apparente au processus théâtral.

Une mythologie universelle

Homme sans but relate la construction d’une civilisation. Un homme, Peter, déclare à son frère qu’il va ériger une ville sur des marécages, là où il n’y a rien. Cette ville émergera et grandira. L’archétype de la fondation est évoqué ici dans un paysage culturel scandinave. Un regard « exotique » qui n’altère pas le mythe fondateur.
Le thème de l’argent s’y insère comme une nouvelle croyance, une interface incontournable entre soi et le monde.

Une langue à part entière

Les dialogues chez Lygre sont courts et incisifs. Les mots vont à l’essentiel. Dès lors, le plaisir du mot n’est pas dans sa durée, sa mélodie, mais dans son impact qui génère une certaine musicalité. Un genre rythmique différent de la langue théâtrale habituelle. Des « percussions » sont convoquées par le texte et font vibrer différemment le corps de l’acteur.

La temporalité

Il y a plus de trente ans qui s’écoulent durant la pièce.
Il est question ici d’équilibre, de disparition et de déséquilibre… On peut sentir au travers de cette durée, comment l’être humain a une immense capacité d’adaptation. Et, bien entendu, comment après une très longue adaptation, en sortir est une chose très compliquée.

Coline Struyf

Projet Emile Max

Cette année, c’est autour du spectacle Homme sans But que travaillent les élèves de rhéto en option théâtre de cette école se situant à deux pas d’Océan Nord. Chaque année, nous associons la classe de Madame Martine Mabille à un spectacle de notre programmation pour qu’ils effectuent un parcours de création théâtrale en parallèle du spectacle professionnel. Concrètement, ils participent à des ateliers de jeu théâtral menés par la metteure en scène Guillemette Laurent, à partir d’extraits du texte de la pièce. Il élaborent ainsi un trajet scénique qui leur est propre, tout en étant étroitement liés à la production professionnelle. En effet, les apprentis-comédiens partagent plusieurs rencontres avec Coline Struyf et son équipe artistique, afin d’observer leur processus de création et d’échanger avec eux sur les formes, codes et thématiques d’Homme sans But qui les interpellent et qu’ils désirent explorer eux-mêmes.
Trois présentations du fruit de leur travail seront proposées en marge du spectacle professionnel : le jeudi 25 février 2016 à 18h00, le vendredi 26 février 2016 à 10h30 et 13h00. Ce spectacle est ouvert à tous et l’entrée est libre… familles, élèves de l’école et autres curieux, vous y êtes tous les bienvenus !
Interview de Martine Mabille dans le Journal 71 du Théâtre Océan Nord

Pass à l’Acte

La belle aventure se poursuit cette saison encore, aux côtés du Rideau de Bruxelles et du Théâtre Les Tanneurs, avec le soutient pédagogique de Promotion Théâtre.
Ce projet permet à plusieurs classes de l’enseignement secondaire (d’écoles différentes de Bruxelles et du Brabant Wallon) de s’initier au théâtre contemporain en découvrant 3 créations théâtrales singulières (une dans chaque théâtre partenaire et c’est Homme sans But qu’ils verront au Théâtre Océan Nord). Ils sont accompagnés dans ce parcours par les médiatrices culturelles des 3 institutions et par les artistes des spectacles qu’ils rencontrent avant et après chaque représentations. Ces moments d’échange permettent de questionner les créations, d’interroger leur réception, de développer leur curiosité et leur sens critique.

Matinée théâtrale

le mardi 1er mars 2016 à 13h30, précédée d’un repas pour les groupes qui le souhaitent (sur réservation) et suivie d’une rencontre avec l’équipe artistique.

Rencontre après spectacle

en présence de l’équipe artistique à l’issue des représentations des mercredis 24 février et 3 mars 2016 et après la matinée théâtrale. Une belle manière de prolonger la réflexion et de partager vos interrogations.

Animations préparatoires

Notre responsable du public scolaire et associatif propose ces animations chez vous ou au théâtre. En fonction de leurs disponibilités, certains artistes l’accompagneront. Exploration des thématiques et des personnages du spectacle, discussions et échanges seront au programme… Une manière vivante de se préparer à la représentation !

Informations / Réservations : Daphné Ansiaux - 02 242 96 89 - contact oceannord.org

Dossier pédagogique

Dossier pédagogique - Homme sans but
L' équipe

Mise en scène Coline Struyf
Avec Selma Alaoui, Nicolas Buysse, Fabien Dehasseler, Philippe Grand’Henry, Amandine Laval, Aline Mahaux

Scénographie Sophie Carlier, Eclairage Amélie Géhin, Création Sonore David Defour, Costumes Claire Farah, Assistanat Amel Benaïssa Conseil Artistique Emilie Maquest avec la collaboration dAlice d’Hauwe, Production Myriam Chekhemani
Traduction : Terje Sinding

Un spectacle du Collectif Mariedl

Spectacle créé au Théâtre Océan Nord entre le 27 mai et le 7 juin 2014
Une création de Mariedl asbl en coproduction avec le Théâtre Océan Nord. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (service du théâtre), de la COCOF et du CAS. L’Arche est l’agent théâtral du texte représenté.

Crédit photo : Michel Boermans

Arne Lygre

Arne Lygre est né à Bergen (Norvège) en 1968. Dramaturge, il a publié sa première pièce en 1998 : Mamma og meg og menn (Maman et moi et les hommes). Mann uten hensikt (Homme sans but), traduit en français, allemand et anglais, a été créé en 2005 au Théâtre National d’Oslo / Torshovteatret dans une mise en scène d’Alexander Mørk-Eidem (le texte français, dû à Terje Sinding, est paru chez L’Arche Editeur).
Arne Lygre est également l’auteur de nouvelles et de romans. Son recueil de nouvelles Tid inne (Il est temps), publié en 2004, a été distingué par le Prix Bradge. En 2009, il reçoit ce même Prix pour l’ensemble de son œuvre. Ces pièces sont traduites et jouées dans plusieurs pays du monde. Ses textes ont été révélés en France par Claude Régy.

L’écriture d’Arne Lygre ne cherche pas à débattre, elle expose. Elle ne se révèle pas dans la grandeur de la langue mais dans la construction très pointue de la structure globale de ses récits. Dans ces structures narratives finement brodées, il reste beaucoup d’amplitude pour jouer.

Site de l’auteur

Coline Struyf

Diplômée de l’INSAS, à l’âge de 23 ans, en 2007. Elle fera cette année-là sa première mise en scène Richard III de Carmelo Bene pour un collectif d’acteurs au Festival Emulation. En 2009, elle réalise son premier projet personnel, adapte et met en scène Un fils de notre temps du roman d’Odon von Horvath au Théâtre Océan Nord.
Metteure en scène associée au Théâtre National de Bruxelles de 2010 à 2013, elle y a notamment créé un spectacle chorégraphique Balistique Terminale en 2011. Elle est également artiste résidente à L’L – centre de recherche et d’accompagnement de la jeune création – depuis 2009.
Outre Homme sans but, elle écrit un projet chorégraphique et théâtrale : Anna et Pierre et crée en 2015, au Théâtre National à Bruxelles et au Théâtre de Namur, Lettre à D., histoire d’un amour qui sera, au vu du succès rencontré, rejoué les 18 et 19 mai au Théâtre National.

En parallèle, elle continue à s’investir dans le Collectif MARIEDL avec Émilie Maquest et Selma Alaoui, avec lequel, celles-ci participent, en tant qu’artistes partenaires, au projet artistique La Halte , à Liège.

A propos d’Homme sans but

Une tragédie contemporaine qui commence sur les côtes d’un fjord…

L’intrigue pourrait se résumer en quelques mots mais nous en trahirions toute la beauté, la subtilité et… le secret. Que reste-t-il à vous raconter alors ? Un mensonge ?
Commençons par le début : Il était une fois un homme très très très riche qui se prénommait Peter. Un jour, il décida de bâtir une ville…

La famille et l’argent sont convoqués dans ce décor scandinave où chacun s’efforce de jouer son rôle avec conviction. Un étrange conte où le vrai et le faux s’entremêlent si longuement que l’on en perd l’équilibre. Ici, la réalité et les identités vacillent jusqu’au vertige. Et pourtant… dans cette histoire tout est réel.

Théâtre du vacillement de l’identité

Lygre propose dans Homme sans but le procédé de la démultiplication des rôles qui recentre le théâtre autour de l’acteur et du jeu. La question du statut du comédien sur la scène est posée de façon forte. Les personnages s’autorisent à parler d’eux-mêmes à la troisième personne. Nous ne savons plus à ce moment-là, si l’acteur parle du personnage ou si le personnage fait une introspection. Une proposition qui démultiplie la position du comédien et qui vient interroger notre faculté à jouer des rôles dans nos propres vies.
C’est là un des endroits où j’ai envie de rencontrer le spectateur. Ce que nous faisons sur la scène n’est pas un processus qui échappe à la réalité et au quotidien.
Homme sans but pose la question de la construction de notre identité, de notre place dans la société. Nous sommes des êtres multiples et selon les circonstances nous pouvons endosser une partie de nous-mêmes plus qu’une autre. Nous pouvons reconnaître par-là un processus qui s’apparente au processus théâtral.

Une mythologie universelle

Homme sans but relate la construction d’une civilisation. Un homme, Peter, déclare à son frère qu’il va ériger une ville sur des marécages, là où il n’y a rien. Cette ville émergera et grandira. L’archétype de la fondation est évoqué ici dans un paysage culturel scandinave. Un regard « exotique » qui n’altère pas le mythe fondateur.
Le thème de l’argent s’y insère comme une nouvelle croyance, une interface incontournable entre soi et le monde.

Une langue à part entière

Les dialogues chez Lygre sont courts et incisifs. Les mots vont à l’essentiel. Dès lors, le plaisir du mot n’est pas dans sa durée, sa mélodie, mais dans son impact qui génère une certaine musicalité. Un genre rythmique différent de la langue théâtrale habituelle. Des « percussions » sont convoquées par le texte et font vibrer différemment le corps de l’acteur.

La temporalité

Il y a plus de trente ans qui s’écoulent durant la pièce.
Il est question ici d’équilibre, de disparition et de déséquilibre… On peut sentir au travers de cette durée, comment l’être humain a une immense capacité d’adaptation. Et, bien entendu, comment après une très longue adaptation, en sortir est une chose très compliquée.

Coline Struyf

Les à-côtés

Projet Emile Max

Cette année, c’est autour du spectacle Homme sans But que travaillent les élèves de rhéto en option théâtre de cette école se situant à deux pas d’Océan Nord. Chaque année, nous associons la classe de Madame Martine Mabille à un spectacle de notre programmation pour qu’ils effectuent un parcours de création théâtrale en parallèle du spectacle professionnel. Concrètement, ils participent à des ateliers de jeu théâtral menés par la metteure en scène Guillemette Laurent, à partir d’extraits du texte de la pièce. Il élaborent ainsi un trajet scénique qui leur est propre, tout en étant étroitement liés à la production professionnelle. En effet, les apprentis-comédiens partagent plusieurs rencontres avec Coline Struyf et son équipe artistique, afin d’observer leur processus de création et d’échanger avec eux sur les formes, codes et thématiques d’Homme sans But qui les interpellent et qu’ils désirent explorer eux-mêmes.
Trois présentations du fruit de leur travail seront proposées en marge du spectacle professionnel : le jeudi 25 février 2016 à 18h00, le vendredi 26 février 2016 à 10h30 et 13h00. Ce spectacle est ouvert à tous et l’entrée est libre… familles, élèves de l’école et autres curieux, vous y êtes tous les bienvenus !
Interview de Martine Mabille dans le Journal 71 du Théâtre Océan Nord

Pass à l’Acte

La belle aventure se poursuit cette saison encore, aux côtés du Rideau de Bruxelles et du Théâtre Les Tanneurs, avec le soutient pédagogique de Promotion Théâtre.
Ce projet permet à plusieurs classes de l’enseignement secondaire (d’écoles différentes de Bruxelles et du Brabant Wallon) de s’initier au théâtre contemporain en découvrant 3 créations théâtrales singulières (une dans chaque théâtre partenaire et c’est Homme sans But qu’ils verront au Théâtre Océan Nord). Ils sont accompagnés dans ce parcours par les médiatrices culturelles des 3 institutions et par les artistes des spectacles qu’ils rencontrent avant et après chaque représentations. Ces moments d’échange permettent de questionner les créations, d’interroger leur réception, de développer leur curiosité et leur sens critique.

Matinée théâtrale

le mardi 1er mars 2016 à 13h30, précédée d’un repas pour les groupes qui le souhaitent (sur réservation) et suivie d’une rencontre avec l’équipe artistique.

Rencontre après spectacle

en présence de l’équipe artistique à l’issue des représentations des mercredis 24 février et 3 mars 2016 et après la matinée théâtrale. Une belle manière de prolonger la réflexion et de partager vos interrogations.

Animations préparatoires

Notre responsable du public scolaire et associatif propose ces animations chez vous ou au théâtre. En fonction de leurs disponibilités, certains artistes l’accompagneront. Exploration des thématiques et des personnages du spectacle, discussions et échanges seront au programme… Une manière vivante de se préparer à la représentation !

Informations / Réservations : Daphné Ansiaux - 02 242 96 89 - contact oceannord.org

Dossier pédagogique

Dossier pédagogique - Homme sans but
Images
La presse

Un accueil en résidence du Théâtre Océan Nord. Une coproduction du Théâtre Océan Nord et de Mariedl asbl avec l’aide de la Fédération Wallonie – Bruxelles (Service du Théâtre). Avec le soutien du CAS. L’Arche est l’agent théâtral du texte représenté.

Nouvelles

Depuis le mois de mai dernier, le Théâtre Océan Nord est partenaire du label United Stages, une initiative de plusieurs acteurs du monde culturel belge (francophone et néerlandophone) qui s’engagent à mener des actions de solidarité au profit des demandeurs d’asile, des réfugiés et des sans-papiers. Par des récoltes de fonds, des opérations de sensibilisation de nos publics et des initiatives citoyennes, nous souhaitons utiliser toutes les forces vives des arts vivants pour porter un changement positif. C’est dans ce cadre que nous organisons, à l’occasion des représentations du spectacle Nos gestes quotidiens ne sont que déclarations d’amour enflamées, une RECOLTE DE FONDS au profit de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Nous proposons donc à nos spectateurs qui le souhaitent de payer leur entrée au spectacle à concurrence de 5, 10 ou 15 euros. Une urne à la billetterie vous permettra de déposer votre don. Merci pour votre générosité envers les plus démunis.

Les habitants du quartier se mobilisent pour notre théâtre !! Ils ont lancé une PÉTITION adressée au cabinet de la ministre Alda Greoli pour l’inviter à soutenir notre institution et ainsi préserver son rôle de cohésion sociale dans le quartier ! Vous voulez, vous aussi, signer cette pétition, cliquez-ici !.

Bravo à tous les gagnats des PRIX DE LA CRITIQUE 2017 et en particulier à Jasmina Douieb qui a remporté le prix de Meilleure mise en scène avec Taking Care of Baby.

Isabelle Pousseur était, cet été, l’invitée de David Courier sur BX1 dans son émission COURRIER RECOMMANDE. Découvrez la vidéo ici.

MAGIC KIDS était de retour cet été du 10 au 14 juillet avec un stage de théâtre et vidéo pour les enfants de 6 à 13 ans. Cliquez-ici pour découvrir la vidéo réalisée avec et par les enfants durant cette semaine de stage.

  • Théâtre Océan Nord
  • Rue Vandeweyer 63
  • Schaerbeek
  • Bruxelles, 1030
  • Reservation: 02/2167555
  • Administration: 02/2429689
  • Tarif plein: 12 euros
  • Tarif réduit (chômeur, sénior): 7,5
  • Tarif hyper réduit : 5 euros
  • Participation à Article 27 et Arscène 50
PNG - 4.5 ko

Le Théâtre Océan Nord est subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles- Service du Théâtre. Il reçoit en outre l’aide de la COCOF - Service de la Culture

Newsletter

×