×

"Notre tâche (ou bien tout le reste sera pure statistique et affaire d’ordinateur) est de travailler à la différence." Heiner Müller

Saison: 2009 / 2010

Guerre

de Rainald Goetz

Horizon d’une mémoire apaisée

21 novembre > 13 décembre


Mise en scène : Paul Camus, Avec : Marie Delhaye, Aline Mahaux, Emilie Maquest, Julie Kazuko Rahir, Pedro Cabanas, Cédric Cerbara, François
De Saint Georges, Bertrand De Wolf, Pierre Dherte, Simon Duprez, David Manet, Anton Tarradellas, Arieh Henri Worthalter, Assistanat : Nelly Framinet, Collaboration musicale : Diederik Wissels, Ensemble vocal : Ik zeg adieu


Guerre ou travailler et regarder avec la durée

Guerre, un projet singulier, une réelle expérience théâtrale, une pièce exceptionnelle dans sa durée (4h30). D’où la nécessité d’offrir des conditions un peu exceptionnelles de représentations.

le public aura l’occasion de découvrir cette pièce en 3 parties ou une intégrale

- Un rendez-vous hebdomadaire en trois fois

Guerre partie 1 : samedi 21 novembre à 20h30

Guerre partie 2 : samedi 28 novembre à 20h30

Guerre partie 3 : samedi 5 décembre à 20h30

- Un rendez-vous quotidien en trois fois

Guerre partie 1 : mercredi 9 décembre à 20h30

Guerre partie 2 : jeudi 10 décembre à 20h30

Guerre partie 3 : vendredi 11 décembre à 20h30

- Une intégrale

Guerre parties 1, 2, 3 : dimanche 13 décembre à 15h (avec entracte et collation)

Guerre offre, par collages, analogies et plis, une fresque historique du 20ème siècle allemand.

Écrite en 1985 par l’un des auteurs allemands contemporains les plus originaux et remarqués, la pièce interroge la démocratie à partir des situations limites auxquelles elle se trouve confrontée. Le spectateur assiste impuissant à la naissance des notions d’« état d’urgence », de « régime de terreur », de « totalitarisme » et à leurs insidieuses justifications. Par la radicalité « politico-subjective » de ses textes, Rainald Goetz semble réellement rendre audibles les effets de l’Histoire sur la structure mentale des individus. Il nous dévoile aussi chez certains, si minimes soient-ils, les éléments d’une résistance et d’une régénération possible.

Notre histoire à tous

Réaction sensible et artistique aux vingt années qui précèdent son écriture, la pièce est hantée par l’existence de la Fraction Armée Rouge, ce mouvement d’extrême gauche à l’origine de nombreux actes terroristes en Allemagne dans les années 70-80. Le IIIe Reich et sa culture du meurtre ne sont jamais loin dans les mémoires. Pourtant si l’action paraît très ancrée dans l’histoire allemande, on ne peut pas voir là seulement « une histoire des autres » : Paul Camus nous enjoint à la reconnaître comme notre histoire, européenne voire universelle...
« Une salutaire crise d’identité permettant à la mémoire privée et collective une réappropriation lucide du passé et de sa charge traumatique », voilà une définition possible à la fois de ce que furent en leurs temps ces années de la Fraction Armée Rouge, de ce qu’est l’écriture d’une pièce comme Guerre et ce que peut être aujourd’hui notre regard à la fois sur la pièce et sur ce passé.

Rainald Goetz, une écriture inédite

Né à Munich en 1954, Rainald Goetz vient à l’écriture après des études d’histoire et de médecine conclues par deux doctorats, l’un en histoire ancienne, l’autre sur les troubles du cerveau. Il sera vite reconnu comme l’un des auteurs allemands contemporains les plus originaux. Il vit actuellement à Berlin.

À sa parution en 1985, Guerre est la première pièce d’un auteur de trente ans dont le public vient juste de découvrir traduit en français le roman Chez les fous. Son écriture, sa langue sont inédites et restent aujourd’hui encore d’une facture unique. Elle a la capacité déconcertante de rendre compte de l’intériorité d’hommes traversés par les pensées dominantes d’une époque historique, et ainsi bousculés, empêchés dans les plus simples actes de leur vie. Cette écriture rend visible l’expression irréductible d’une liberté.

Trente ans plus tard, ses pièces ont toutes été créées en Allemagne mais restent inédites en Belgique. C’est donc à la découverte d’une écriture dramatique d’importance que nous sommes conviés.

Une sépulture décente à l’aveu

« Un peu plus de vingt ans après les évènements auxquels la pièce fait échos, au moment où nous commençons à pouvoir penser ce XXème siècle enfin terminé, où il devient une période historique, au moment où les témoins directs (qu’ils aient été victimes ou bourreaux) nous quittent, nous voulons revenir sur les crimes de nos pères.
Refaire ou faire en notre nom l’aveu des culpabilités criminelles, politiques, morales et métaphysiques qui furent les leurs et par là rendre possible ce nécessaire et toujours impossible geste du pardon.
Rendre au futur sa prééminence. Hamlet apaisé. Ophélie épargnée. » (Paul Camus, juin 2009)

Extraits du texte :

Stammheimer : « Le devoir, c’est l’Histoire et le moment, se tenir au sommet de la montagne infinie et splendide des crânes humains du temps, qui fait frémir et force à l’analyse, à la clarté, à la prise de position et à la détermination. »

Stockhausen : « Je pars de l’homme pour considérer le monde. Je suis sous la surveillance Du passé dans son ensemble Fardeau faramineux qui fait de moi une merde. »

Heidegger : « Et nous on est comme ça on vous fait une offre, l’offre optimale logique, optimale maximale, logique, parce que rien d’autre ne nous intéresse que le superlatif, donc l’effort maximum, la concentration absolue, la science pure. Notre offre c’est la science. »

LES "À-CÔTÉS" - Infos et inscriptions : 02 242 96 89 ou contact oceannord.org

-  Journée-Rencontre en marge des représentations : le samedi 12 décembre 2009.

15h30 > 18h30

Exposé de Michel Dupuis - philosophe à l’UCL et à l’ULg, vice-président du comité consultatif de bioéthique - autour et à partir de La mémoire, l’histoire et l’oubli de Paul Ricoeur. En résonance, un dialogue avec Paul Camus et son équipe artistique autour de la mise en scène de Guerre.

Quel rapport l’art entretient-il avec l’histoire du XXème siècle ? Le théâtre doit-il ressasser le passé ? Que penser du « devoir de mémoire » ? Peut-il y avoir un « devoir d’oubli » ? En quoi l’art est-il un regard vers l’avenir ? Telles seront les questions partagées avec le public.

19h

Lecture de Kolik de Rainald Goetz.

- Animations dans vos écoles et institutions.

Durée : environ une heure

Lieu : dans votre association ou votre école

Intervenants : Florence Schennen, animatrice du Théâtre Océan Nord, éventuellement accompagnée d’un membre de l’équipe artistique.

Public : animation destinée au public associatif et scolaire. Il s’agit de préparer à la vision du spectacle en présentant l’auteur, le metteur en scène, les thèmes, la démarche théâtrale...

Participation : gratuite

Quand : sur rendez-vous avec l’animatrice au 02 242 96 89 ou contact oceannord.org

Les images
La presse

Un accueil du Théâtre Océan Nord

Nouvelles

Depuis le mois de mai dernier, le Théâtre Océan Nord est partenaire du label United Stages, une initiative de plusieurs acteurs du monde culturel belge (francophone et néerlandophone) qui s’engagent à mener des actions de solidarité au profit des demandeurs d’asile, des réfugiés et des sans-papiers. Par des récoltes de fonds, des opérations de sensibilisation de nos publics et des initiatives citoyennes, nous souhaitons utiliser toutes les forces vives des arts vivants pour porter un changement positif. C’est dans ce cadre que nous organisons, à l’occasion des représentations du spectacle Nos gestes quotidiens ne sont que déclarations d’amour enflamées, une RECOLTE DE FONDS au profit de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Nous proposons donc à nos spectateurs qui le souhaitent de payer leur entrée au spectacle à concurrence de 5, 10 ou 15 euros. Une urne à la billetterie vous permettra de déposer votre don. Merci pour votre générosité envers les plus démunis.

SAINT-NICOLAS viendra rencontrer les enfants du quartier le vendredi 8 décembre prochain. Pour connaître le programme complet de cette activité, cliquez-ici.

Les habitants du quartier se mobilisent pour notre théâtre !! Ils ont lancé une PÉTITION adressée au cabinet de la ministre Alda Greoli pour l’inviter à soutenir notre institution et ainsi préserver son rôle de cohésion sociale dans le quartier ! Vous voulez, vous aussi, signer cette pétition, cliquez-ici !.

Bravo à tous les gagnats des PRIX DE LA CRITIQUE 2017 et en particulier à Jasmina Douieb qui a remporté le prix de Meilleure mise en scène avec Taking Care of Baby.

  • Théâtre Océan Nord
  • Rue Vandeweyer 63
  • Schaerbeek
  • Bruxelles, 1030
  • Reservation: 02/2167555
  • Administration: 02/2429689
  • Tarif plein: 12 euros
  • Tarif réduit (chômeur, sénior): 7,5
  • Tarif hyper réduit : 5 euros
  • Participation à Article 27 et Arscène 50
PNG - 4.5 ko

Le Théâtre Océan Nord est subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles- Service du Théâtre. Il reçoit en outre l’aide de la COCOF - Service de la Culture

Newsletter

×