×

"Notre tâche (ou bien tout le reste sera pure statistique et affaire d’ordinateur) est de travailler à la différence." Heiner Müller

Saison: 2011/2012

Biographies d’ombres

Lars Norén / Isabelle Pousseur

24/04 > 05/05


Spectacle crée en mars 2010 au Théâtre Océan Nord. Nominé aux Prix de la Critique 2010 catégorie Meilleure Mise en scène.

Reprise exceptionnelle dans le cadre des 30 ans du Théâtre Océan Nord.

Représentations à 20h30 sauf mercredi à 19h30

Relâche dimanche et lundi

Biographies d’ombres est une pièce courte, économe dans son langage et très énigmatique. Une tension extrême est sensible entre les personnages. Sous des propos banaux s’esquisse un drame familial secret. Derrière le vide angoissant des échanges, l’énigme d’une faute à pardonner.

Le Suédois Lars Norén est un auteur à la fois accessible et très contemporain. Il met l’homme au centre de son théâtre, l’homme dans ses dimensions individuelle, existentielle, sociale et politique. Ses personnages ne sont pas des sujets “sociologiques” : ils existent, souffrent, aiment, essaient de vivre avec les autres et nous sont – presque tous – proches, même dans leur monstruosité. Un miroir nous est tendu malgré une importante altérité. Norén fonctionne par motifs, de manière quasi-musicale et ce travail de construction très raffiné produit à la fois de l’étrangeté et une sensation de vivant.

Filip. Tu ne veux pas être gentil avec moi ?

Magnus. Gentil ?

Filip. Oui. Avec moi.

Magnus. Avec toi ?

Filip. Oui. Tu ne veux pas ?

Magnus. Quoi ? Filip. Être gentil.

Magnus. Avec toi ?

Filip. Avec moi, oui.

Magnus. Et pourquoi ?

Filip. Tu ne veux pas ?

Magnus. Être gentil avec toi ?

Filip. Oui ?

Magnus. Et pourquoi ?

Genèse et enjeux du projet par Isabelle Pousseur

Après avoir travaillé Crises à l’Insas, j’ai eu envie de poursuivre un travail de découverte de l’œuvre, très riche, de Lars Norén. Je me suis intéressée à plusieurs textes mais c’est finalement Biographies d’ombres qui a retenu mon attention. Tout se passe comme si la parole n’était là que pour meubler le silence qu’on ne peut, qu’on ne veut entendre. Et c’est dans la présence constante de non-dits que réside tout l’intérêt de la pièce. Par ailleurs la structure temporelle est singulière : le deuxième acte se passe cinq ans avant le premier et le troisième six ans après.

A cause de ces deux éléments, présence importante du non-dit et aller-retour temporel, on peut douter de la réalité de ce qui nous est donné à lire ou à voir. Le réel est ici plus proche de celui des rêves ou des souvenirs que de celui de la réalité. Et d’ailleurs qu’est-ce que la réalité ? Seul le père, personnage vraisemblablement bourreau des trois autres, semble avoir une existence tangible : il est malade, il mourra de cette maladie très probablement et à cause de cette présence future mais réelle de la mort, il veut changer la relation qu’il entretient avec sa famille, sans succès cependant, le pardon qu’il demande à la fin de la pièce lui étant refusé. Les trois autres personnages, la mère, Rebecka la fille et Magnus le fils, sont comme atteints, eux, d’une maladie beaucoup moins tangible, une blessure secrète qui les a condamnés à tout jamais et dont ils parlent peu (Magnus) ou pas du tout (Rebecka et la mère). Même si Magnus bouge beaucoup (dans l’acte 1 et l’acte 3 il « revient de quelque part », on ne sait jamais d’où) même si Rebecka semble plus active et plus autonome dans l’acte 3 (elle va partir quatre jours à New-York), ces trois personnages sont comme pétrifiés par le manque d’avenir que cette blessure du passé a engendré. Le rapport entre passé, présent et avenir est ainsi constamment interrogé ce que renforce la structure de la pièce en trois épisodes non chronologiques.

Il est évident qu’il s’agit là d’un théâtre d’acteurs. Car si la scénographie, les lumières et le son peuvent contribuer à la création d’un univers situé entre l’hyper-réalisme d’un Hopper et un onirisme à la Lynch ou à la Gregory Crewdson, il va de soi que le travail sur le jeu, l’épaisseur du non-dit, la très grande économie de la langue et une tension entre les personnages qui ne faiblit jamais sont primordiaux .

L’équipe

Mise en scène Isabelle Pousseur Assistanat à la mise en scène Guillemette Laurent Avec Philippe Grand’Henry, Catherine Salée, Emilie Maquest, Arieh Worthalter Scénographie, son, images Michel Boermans Costumes Anne Sollie Lumières Nicolas Sanchez Direction technique Christine Grégoire Régie Nicolas Sanchez, Aurore Bolssens Maquillage et conseils coiffure Patricia Timmermans Coiffure Thierry Pommerel Traduction René Zahnd et Katrin Ahlgren.

L’Arche est l’agent théâtral du texte représenté.

Une Production du Théâtre Océan Nord.

Avec la participation du Centre des Arts scéniques.

Les à-côtés

*** Journées de clôture des trois reprises

15h : La naissance d’une constellation

Avec Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas, 4.48 Psychose et Biographies d’ombres, Isabelle Pousseur pose les jalons d’un théâtre intime qui invite le spectateur à aller à la rencontre d’altérités puissantes, complexes et cependant plus proches de lui qu’il ne pourrait le penser au départ. Ces reprises sont l’occasion d’élargir le cercle des spectateurs mais aussi de porter un regard neuf sur les liens qui les unissent. Michel Dupuis (philosophe), Paul Camus (acteur) et Isabelle Pousseur (metteure en scène et directrice du Théâtre Océan Nord) s’y emploieront avec l’intervention des acteurs. Un moment singulier au cours duquel nous pourrons peut-être assister à la naissance d’une constellation.

20h30 : Dernière de Biographies d’ombres

*** Les Animations

Des animations d’une heure de cours seront organisées dans les écoles et les associations. À partir d’extraits du texte, elles pourront porter sur les non-dits, sur les relations intra-familiales, sur la culpabilité et sur la construction de la pièce.

*** Le PASS à l’acte

Ce spectacle fait partie du PASS à l’acte, le programme organisé pour les écoles secondaires par quatre théâtres bruxellois. Les classes du PASS à l’acte approfondiront les thématiques du spectacle durant des ateliers de théâtre, donnés par Catherine Salée au Théâtre Océan Nord.

*** Répétition ouverte

Pour toutes les autres classes, une répétition ouverte suivie d’un échange avec la metteure en scène Isabelle Pousseur et les acteurs est organisée le jeudi 19 avril de 14h à 15h30.

Informations /Réservations : Anne Vandendorpe

Relations avec le public scolaire et associatif

contact oceannord.org

02 242 96 89

Les images
La presse

Nouvelles

Le Label UNITED STAGES dont fait partie notre théâtre, organise le dimanche 17 juin prochain une 2e édition de sa marche citoyenne et solidaire pour une vraie politique d’accueil : SALUT A TOI ! Retrouvez toutes les infos sur cet événement ici et soyez nombreux à y participer !

C’EST L’ÉTÉ ! Avant de partir en vacances, réunissons-nous une dernière fois, voisins, enfants, amis,... pour un double événement festif le dimanche 24 juin prochain de 15h à 17h : Projection radiophonique des ateliers Magic Kids de février, goûter festif et concert de La Chorale Van de Trinette ! Détail des infos en cliquant ici ! Entrée libre !

Deux nouveaux STAGES MAGIC KIDS se dérouleront ici cet été, à la grande joie des enfants de 6 à 13 ans du quartier : le premier "Danse et images" se déroulera du 30/7 au 3/8 avec Mathilde Laroque et Elen Sylla ; le second "Radio et photo" se déroulera du 6 au 10/8 avec Jean-François Lejeune et Elen Sylla. Pour en savoir plus et vous inscrire, cliquez-ici !

  • Théâtre Océan Nord
  • Rue Vandeweyer 63
  • Schaerbeek
  • Bruxelles, 1030
  • Reservation: 02/2167555
  • Administration: 02/2429689
  • Tarif plein: 12 euros
  • Tarif réduit (chômeur, sénior): 7,5
  • Tarif hyper réduit : 5 euros
  • Participation à Article 27 et Arscène 50
PNG - 4.5 ko

Le Théâtre Océan Nord est subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles- Service du Théâtre. Il reçoit en outre l’aide de la COCOF - Service de la Culture

Newsletter

×