Je pense que le théâtre est l’art de se confronter à l’altérité et aux risques qu’elle implique nécessairement - Koffi Kwahulé

Je pense que le théâtre est l’art de se confronter à l’altérité et aux risques qu’elle implique nécessairement - Koffi Kwahulé

Résidence – La Fille du Sacrifice

Rehab Mehal

9>20 novembre 2021 + 28 mars >23 avril 2022 +23>28 mai 2022 + 15> 26 sept 2022

Le sacrifice d’Isaac – Caravaggio (Galerie des Offices – Florence)

“ Le réel a comme besoin de la fiction pour advenir. ”

Abdelwahab Meddeb

La Fille du Sacrifice est le récit de cette métamorphose intime.

Un beau jour d’été, alors qu’elle visite la Galerie des Offices à Florence, Ibra tombe par hasard sur Le Sacrifice d’Isaac , l’un des chefs-d’œuvre du Caravage. Pour cette jeune femme croyante et pieuse, arrière-arrière-petite-fille d’Abraham, ce tableau agit comme une flèche, qui vient la transpercer.
Bouleversée, Ibra entame alors sa « dé-conversion ».
Petit à petit, elle va remettre en question ses croyances dogmatiques, pour découvrir les ressorts intimes de sa spiritualité.
Libérée des carcans qui lui dictaient sa foi, elle va puiser son essence divine en elle-même, et reconquérir son indépendance, avant de s’engager sur le chemin de la reconversion.

Racontée sous la forme d’une épopée intime, La Fille du Sacrifice est une enquête sur les origines de la croyance. La ville de Jérusalem y joue un rôle important. Au confluent de deux mondes, l’Orient et l’Occident, elle incarne ce que Réhab Méhal cherche à faire émerger dans son théâtre : des rencontres et des frictions entre les deux héritages, les deux civilisations qui constituent sa propre identité. À travers ce conte contemporain, elle invente et partage sa vision singulière du monde, dans laquelle le rapport de l’humain au divin engendre de nouvelles dialectiques, envisagées d’un point de vue résolument féminin.

 La Fille du Sacrifice est le troisième volet du triptyque LA RÉCONCILIATION, qui aborde la question de l’unité au sein des identités multiples, à travers le prisme de l’interculturalité. 

Les deux premiers volets du triptyque (El-Kouds – Ma Jérusalem et Sur Le Chemin) ont été représentés une cinquantaine de fois, en Belgique et en France, aussi bien dans l’espace public que dans des théâtre : Festival de Liège, Festival XS-Théâtre National Wallonie-Bruxelles, Propulse-Halles de Schaerbeek, Théâtre Le Public, Festival Voix de Femmes, BRASS, BOZAR, Centre culturel de Schaerbeek, La Filature de Mulhouse, Festival Premiers Actes, Un Festival à Villeréal, Festival Bouillon Cube, Théâtre de Pierres… 

©Diana David – Damien Petitot

Écriture et mise en scène Réhab Mehal – Avec Elisa Firouzfar – Assistant à la mise en scène Jean-Gabriel
Vidal-Vandroy
– Régie générale Gaspard Samyn – Création vidéo et lumières Damien Petitot – Création
sonore Eloi Baudimont – Costumes Fabienne Mainguet

Production Théâtre Océan Nord en coproduction avec La Coop asbl et Shelter Prod
Soutiens Fédération Wallonie-Bruxelles – service Théâtre, taxshelter.be, ING, Tax-Shelter du gouvernement
fédéral belge – Centre des Arts Scéniques – Rideau de Bruxelles – Centre des Écritures Dramatiques-Wallonie-
Bruxelles – La Bellone-Maison du Spectacle – Théâtre les Tanneurs – Fabrique de Théâtre – Ad Lib
COCOF (Fonds d’acteurs / initiation des publics scolaires)

Pour l’écriture de ce texte, Réhab Mehal a bénéficié de la bourse d’écriture Claude Etienne et de la bourse d’aide
aux projets de la SACD.

Accueils en résidence et partenaires La Bellone – Théâtre Océan Nord – LIBITUM – La Fabrique de Théâtre – le Grand Sault – Un Festival à Villeréal – le Théâtre de Pierres – le festival Situ – Le Festival Bouillon Cube